Mostra Pittori & Scultori intuitisti (Dormans, 5-27 maggio 2018)

Exposition «  Au gré de l’Intuitisme II » Moulin d’en haut – Dormans

Du 05 au 27 Mai 2018.

 

 

Non, je ne le cacherai pas, mon plaisir est grand de retrouver une nouvelle fois le noyau solide du groupe «  Intuitiste » rassemblé dans un lieu chargé d’histoire où l’accueil est toujours de la plus grande générosité et proximité avec les artistes.

Trois nouveaux sympathisants ont rejoint ce noyau, ce qui est parfait pour le renouvellement, le dynamisme et la confrontation du groupe initial.

Les métissages sont toujours favorables !

En premier lieu, je remercierai Jacqueline Accaries pièce angulaire de l’espace culturel, toujours prête à soutenir les artistes, à faciliter la mise en place des expositions et à user sans compter de son relationnel et lien avec les médias locaux.

Mes remerciements s’adresseront également au maire de Dormans et son équipe active toujours favorables aux actions culturelles.

Mais revenons à ce qui nous rassemble ici, l’art, avec huit peintres et quatre sculpteurs.

 

Alain Béral :

Alain Béral est un fidèle compagnon et artiste de renom. Il remet toujours en question son travail oscillant entre figuration et abstraction, aujourd’hui il nous présente une série d’œuvres remplies d’une ambiance épurée, aux valeurs chromatiques vives et harmonieuses.

Alain Béral est aussi professeur d’art plastique et illustrateur.

Ainsi aujourd’hui à ce propos je vais vous annoncer que notre ami est le lauréat 2018 du Prix Jean-Louis Forain décerné par le Cénacle européen des Arts et des Lettres au titre d’illustrateur.

Lors d’une dernière rencontre autour d’un livre, Alain Béral était en compagnie du professeur Giovanni Dotoli qui était pressenti pour l’Académie française et le lexicologue bien connu Alain Rey. Vous voyez notre ami choisit sa compagnie.

 

Jean-Claude Bemben :

Jean-Claude Bemben est lui aussi un vieux compagnon de la palette, imaginez la première fois que nous avons exposé ensemble, c’était en 1969 à la galerie Martini à Paris.

Depuis Jean-Claude se métamorphosa maintes fois, du classicisme à l’impressionnisme, portraitiste, il bascula vers l’intuitisme et n’a pas honte de sa maladie. Il fait sans cesse une remise en cause de son expression avec une volonté permanente de renouvellement.

Ses superpositions de couleurs actuelles rehaussées de feuilles d’or réveille en nous l’attachement précieux qu’il a de l’art.

 

Eliane Hurtado :

Autre figure de proue du groupe, Eliane Hurtado, elle aussi participe à une véritable métamorphose Ex-professeur d’art plastique, restauratrice de tableaux anciens, une vie d’art figuratif modernisé et tout bascule, le virus intuitiste l’emporta pour le meilleur.

Vous remarquerez que pour cette exposition elle travailla sur des ambiances grisées et transparentes reliées par un fil rouge où se mêlent, air, ciel, mer, abysses marines ou vides cosmiques. Et puis si vous êtes attentifs vous découvrirez dans l’une de ses toiles comme seul vestige figuratif que tout est «  Vanité. »

 

Franco Cossutta :

A propos de cosmos, notre extra-terrestre de service Franco Cossutta est toujours bien présent avec un appel pour un voyage dans les galaxies, comme disait un ami, il est l’homme qui revient de nulle part.

Mais moi, je vous suggère de partir un peu avec lui dans ses galaxies informelles et pourtant si réelles, de rejoindre son univers intemporel qui nous repose de la folie légendaire des hommes.

 

Jean-Claude Pommery :

Autre pilier du clan intuitiste, Jean-Claude Pommery, lui c’est la remise en question permanente, au fil des toiles il y a métamorphose, véritable travail d’alchimiste tant sur la technique que sur la forme.

Aujourd’hui il nous présente quelques éléments en «  dripping »  particulièrement bien réussis dans une ambiance de sombres profonds aux subtiles luminosités. Jean-Claude Pommery qui travaille la matière en pâte, se prend pour un sculpteur et travaille au burin ses toiles pour fracturer la matière.

 

Laudine Jacobée :

Notre benjamine Laudine Jacobée, historienne de l’art, nous prépare un voyage autour du monde au service de l’art afin de découvrir sur d’autres continents des jeunes artistes émergents et peut-être en faire découvrir en France. Il y a tant de talents ignorés.

Mais aujourd’hui elle nous propose des œuvres d’une belle unité se rapprochant du «  street-art » avec une pointe de délicatesse et de poésie évanescente en plus.

 

Eric Besnard :

Intuitiste incontestable, Eric Besnard traite ses œuvres avec une matière d’une grande beauté pleine de délicates transparences. L’ensemble sous forme fragmentée pourrait faire songer à des figures kaléidoscopiques, où se fondent des couleurs tout en nuances et harmonie.

Chez lui la vibration lumineuse n’est pas loin de nous faire songer au mystère du vitrail.

 

Jean-Marc Boucher :

Parmi les sculpteurs intuitistes, Jean-Marc Boucher est sans doute le plus proche de l’esprit initial. Il transforme la matière juste ce qu’il faut pour révéler la ligne et la forme qui sommeillent, il va à l’essentiel afin que l’œuvre demeure dans sa puissance, sa force lapidaire sans artifice.

Il caresse tout juste la mémoire de la pierre pour en libérer la quintessence, il l’effleure, la matière doit se livrer, s’offrir à l’artiste qui la réveille. Toutefois les œuvres exposées ici ne sont pas les plus significatives, les pièces maîtresses étant trop lourdes à déplacer en étage.

 

Olivier Scieur :

Lui, c’est le compagnon digne de la meilleure lignée des tailleurs de pierre, comme ses maîtres il possède et transcende son métier, Olivier Scieur est un professionnel de la pierre. Il donne des ailes et de la légèreté à ses sculptures, il en fait des torsades qui s’élèvent comme un rêve vers le ciel.  La pierre qui devient sculpture nous offre une nouvelle vie, et j’aime signifier cette image du grand sculpteur Jean Zorko : « La sculpture est un poème que l’on peut caresser. »

 

Franck Turzo :

Autre vrai professionnel, Franck Turzo est issu des plus prestigieuses manufactures françaises, je ne citerai que Sèvres.

Franck Turzo est un créateur à l’échelle de la main, les formes et les volumes sont transformés selon la pression ou caresse de la main. Chaque œuvre porte en elle une émotion poétique et ouvre même ses ailes pour rejoindre un espace de liberté. Lui aussi réveille la mémoire de la terre.

 

Franceleine Debellefontaine :

Voici une artiste dont nous connaissons bien les œuvres qui sont d’une remarquable qualité et originalité. Franceleine Debellefontaine s’interroge sans cesse pour toujours avancer, ces armes sont le bois, la pierre, le marbre, le bronze, la résine et avec tout cela notre amie use de sa palette minérale un peu comme le poète joue avec les mots pour exprimer ses idées.

C’est un rythme, une musique qui se dégagent des ses œuvres, elle donne à la matière une note douce et sensuelle, sorte de souffle éternel, elle veut rendre hommage à la femme, donc à l’espérance. Ses lèvres sculptées dans l’or donnent la mesure de son amour envers la vie.

 

Michel Bénard :

Et pour terminer, il n’est pas facile de parler de soi. Mon intuitisme poético-pictural me rapproche de la trace de l’écriture, du signe de l’enluminure, de la mémoire de l’icône, donc de l’homme en réflexion ou en méditation. Il arrive que l’esprit monacal ne soit pas très loin.

Mais simplement je vous dirai que c’est par l’intuitisme que l’on retrouve le goût des miracles et que c’est sur son utopie que l’on érige les plus belles espérances créatives.

 

Michel Bénard

Lascia un commento

avatar
  Subscribe  
Informami